37126014_1713455175375043_17357294282997760_n

 

Savez-vous ce qui fait mourir les insectes ? 59 milliards d'euros venus de Bruxelles [1]. Tous les ans cette somme, financée par nos impôts, est allouée en tant qu’aide directe à l’industrie agricole. Près de 40 % du budget de l’Union européenne [2] est dépensé pour asperger nos champs de pesticides, pour les fertiliser à outrance, et pour mettre des terres en jachère. Tout ceci tue les abeilles, les bourdons, les papillons, et les autres insectes.

Mais l’année prochaine, ce budget sera entièrement redistribué. Il pourrait y avoir des changements de fond ! Pouvons-nous faire en sorte que les prochaines aides agricoles soient versées aux agriculteurs qui travaillent dans un plus grand respect de la planète et qui nous nourrissent sainement ?

Voici l’opportunité dont nous devons nous saisir : les élections européennes se dérouleront le 26 mai 2019. Si nous faisons de la disparition de la biodiversité le thème central de notre campagne, les candidats devront nous expliquer comment ils ont l’intention de dépenser leurs futures aides agricoles. Les candidats savent bien que pour nous les électeurs, la façon dont nos aliments sont produits est tout à fait centrale.

La campagne des élections européennes commencera en septembre. Il y a quelques semaines toute l’équipe WeMove s’est retrouvée à Rome. Mais nous n’avons pas encore pu prendre une décision sur l’ampleur de notre campagne pour lutter contre la disparition des insectes et exiger un changement radical dans l’agriculture. Cela dépendra en effet de l’argent que nous pourrons lever.

Voici quelques premières idées quant à la direction que pourrait prendre notre campagne :

  • Fin octobre, les citoyens descendront dans la rue dans des centaines de lieux différents en Europe pour montrer qu’ils soutiennent une politique agricole européenne différente – cela coïncidera avec le véritable lancement de la campagne électorale. Ce serait un signal fort à envoyer au moment opportun, mais cela ne suffira pas. Il faut que cette action soit associée à d’autres actions pour qu’elle soit percutante.
  • Lorsque les candidats feront une apparition publique dans la campagne électorale, des activistes WeMove les accueilleront avec des abeilles mortes pour leur montrer ce qui nous tient à cœur. Nous exigerons des réponses des politiciens et des candidats en ce qui concerne la mortalité des insectes. Nous ferons de la redistribution des aides agricoles le sujet central de la campagne électorale.
  • Partout en Europe des milliers d’activistes WeMove distribueront des millions d’affichettes à suspendre aux portes la veille de l’élection du 26 mai 2019. Ces affichettes contiendront de l’information sur les positions des partis en termes de politiques agricoles. Cela serait réellement utile pour notre lutte, mais cela demandera un effort très important.

L’ampleur des actions que nous avons évoquées lors de notre réunion à Rome et ce que nous envisageons de faire dans toute l’Europe – avec le concours de centaines de milliers d’activistes WeMove – dépend du soutien que la communauté WeMove peut nous apporter aujourd’hui. Devenez un sponsor WeMove et soutenez-nous en faisant une donation mensuelle. Nous mettons constamment à jour le nombre de nos sponsors et nous ajustons en conséquence la vigueur avec laquelle nous pouvons combattre la disparition des insectes et nous battre pour obtenir un changement radical en Europe.

 

La politique agricole européenne crée beaucoup de dissensions parce qu’il y a beaucoup d’argent en jeu. C’est le plus gros item dans le budget européen et constitue presque 40% des dépenses annuelles de l’UE. Malheureusement, la majorité de l’argent est reversé aux gros agriculteurs industriels qui possèdent le plus de terres – pour le simple fait qu’ils possèdent de la terre, et non pas parce qu’ils travaillent pour le bien de notre environnement ou pour produire des aliments sains et viables.


Les premières propositions pour le nouveau budget de l’UE sur 7 ans allouent encore une fois bien trop d’argent à l’agriculture industrielle et bien trop peu pour l’agriculture biologique. Ce n’est pas comme ça que baissera la mortalité des insectes.

L’année qui vient de s’écouler nous a montré que nous pouvons remporter des victoires contre le lobby de l’industrie agricole. Grâce à de nombreuses manifestations, une Initiative citoyenne européenne (ICE), et l’alliance avec de nombreux partenaires européens, nous avons réussi à réduire de 15 ans à seulement 5 ans la licence accordée au pesticide toxique qu’est le glyphosate. Suite à notre lutte, le glyphosate a été réévalué dans de nombreux pays de l’UE. Il s’agit d’obtenir également une réévaluation de la démarche qui permet d’obtenir l’autorisation pour les pesticides ; la Commission européenne a en effet proposé plus de transparence sur ce sujet.

Nous savons ce que nous devons faire, et nous savons aussi que nous avons besoin d’argent pour réussir. Parce que nous tenons à notre indépendance, cet argent ne peut provenir que de notre base : des centaines de milliers de citoyens qui se battent à nos côtés pour l’agriculture biologique, pour des aliments sains et un environnement intact – en bref pour une Europe meilleure. Faites un don régulier pour nous aider à remplir cet objectif.

 

Que vous viviez en milieu rural ou urbain : l’industrie agricole est avec nous au quotidien. Dès que nous mangeons quelque chose, ces produits deviennent une partie de nous. La qualité des aliments que nous consommons dépend de la qualité du modèle agricole qui les produit. Pour nous et pour notre environnement, l’agriculture biologique est l’avenir.

Dans l’espoir pour notre planète,

Mika Leandro,

Directrice de Campagne, WeMove.EU

 

P.S. : Depuis plusieurs années que j’œuvre à la protection de l’environnement, j’ai rencontré beaucoup d’agriculteurs – issus de l’agriculture traditionnelle et de l’agriculture biologique. Tous veulent traiter la nature et les terres avec respect. Certains s’inclinent face aux pressions liées aux coûts et ont une interprétation différente des risques. Un changement rapide et fondamental ne peut advenir que grâce à des politiques plus ambitieuses qui proposent de vraies solutions simples et viables pour les agriculteurs.

 

Source :