logo_ecocit_officiel

Le devenir de l'être humain dépendrait de ce qu’il parvient à créer, à mettre en mouvement ; le sens du mouvement ne préexisterait pas, il s’agirait de le composer, de l’orienter à partir de ce que nous sentons, connaissons et surtout de ce que nous voulons et pouvons faire.

Le vouloir faire, le vouloir construire et le pouvoir agir seraient les moteurs du sens de notre vie permettant de ne pas stagner dans la passivité en se contentant de regarder ce qui « est ».

Exister, c’est à la fois vouloir et être capable de se projeter vers sa propre réalisation au sein de l’humanité en partant d’une analyse du réel.

L’observation du réel ne doit pas empêcher de tendre vers un idéal, surtout lorsque le réel n’apparait pas satisfaisant.

Penser le « devenir » est même une exigence si nous voulons penser « l’être » et son évolution.

C’est généralement à partir de l’observation que peut naître le « désir de faire ».

Jean-Yves METAYER-ROBBES

logo_jymr_officiel